Accueil > E-commerce, Web > La sécurité reste un frein au commerce électronique

La sécurité reste un frein au commerce électronique

15 février, 2008

La Commission européenne vient de rendre public une étude de l’Office européen des statistiques au sujet des pratiques des Européens en ligne. Le principal enseignement de cette étude est qu’1 européen sur 8 a déjà renoncé à un achat en ligne en raison de risque de sécurité.

Les freins au commerce en ligne varient d’un pays à l’autre. Ainsi les pays où les craintes sont les plus fortes sont l’Espagne, la Finlande et Chypre avec plus d’un quart des internautes à avoir renoncer à un achat en ligne pour des raisons de sécurité.

Paradoxalement les Finlandais sont parmi ceux qui utilisent le plus la banque en ligne :84% d’entre eux ont réalisé des opérations bancaires en ligne. Les Estoniens sont également fervents de la banque en ligne puisque 8 internautes sur 10 sont clients de banques en ligne.

La France se situe quant à elle dans la moyenne de l’Union européenne sur ces questions. 15 % des internautes français ont renoncé à des achats en ligne pour des raisons de sécurité contre 12 % des internautes européens. La banque en ligne a été utilisée par la moitié des internautes français, ce qui est de 6 % supérieur à la moyenne européenne.

Cette étude montre également que les Européens de manière générale font très peu de sauvegarde de sécurité. Les plus concernés par les sauvegardes sont les Grecs (43%) et les Français (35%). La moyenne européenne se situe quant à elle a 23%, ce qui est faible.

Sur la question de la sécurité du commerce en ligne, les sites de commerce électronique ont grand intérêt à non seulement renforcer la sécurité de leur site mais surtout à persuader leurs prospects que l’achat en ligne est sûr et sans risque pour eux ! Ceci n’est pas une mince affaire quand on connait les chiffres donnés par la DGCCRF sur les litiges [pdf] liés à la vente à distance via l’Internet. Ainsi un tiers les plaintes reçues par la DGCCRF en 2007 concernait le commerce en ligne. Le problème n’est pas tant juridique que psychologique : il faut redonner confiance aux clients. La marge de progression existe puisque seuls 35 % des internautes français achètent en ligne.

De nouvelles dispositions relatives au commerce en ligne entrent en vigueur le 1er juin 2008. Ces dispositions seront-elles suffisantes pour donner ou redonner confiance aux clients ? Rien n’est moins sûr !

%d blogueurs aiment cette page :